9.3 C
New York
avril 20, 2024
EconomieVitrine

Cameroun-finance : Louis Banga Ntolo, le taulier de la finance en Afrique centrale

Élu à la faveur d’un conseil d’administration de la bourse des valeurs d’Afrique centrale (BVMAC), le Directeur Général de cet organisme est considéré comme l’homme de la situation dans le microcosme financier en Afrique centrale.

Celui que l’on considère comme une véritable source intarissable de connaissances dans le domaine de la finance et de la banque puisqu’il est titulaire d’un doctorat en banque,monnaie et finance obtenu à l’Université Lumière Lyon II est un homme qui n’a jamais manqué de faire parler de lui dans la mise en place des réformes qui ont un lien direct avec la finance et l’économie des marchés. En effet, il a été un acteur incontournable du marché financier camerounais appelé DSX, par la suite comme commissaire au sein de la commission des marchés financiers (CMF) qui est considérée comme l’autorité en charge de la régulation du marché financier local. Par la suite, sa grande compétence va l’amener dans la banque française Société générale dans laquelle il occupera le poste de de responsable pour Security central Africa qui est une bourse créé par ladite banque. De fil en aiguille, il sera à plusieurs reprises consulté et sollicité pour de nombreuses autres problématiques en tant que maillon incontournable notamment l’emprunt obligataire de l’État du Cameroun par appel public à l’épargne ( ecmr 2018), l’emprunt obligataire Safacam « Safacam 6% » mais également l’emprunt obligataire BDEAC pour appel public à l’épargne « BDEAC 5,45% ». Dans ses heures perdues, il ne manque pas de transmettre son savoir aux jeunes notamment dans les écoles de prestige comme l’Essec, l’Ucac en tant qu’enseignant parcequ’il estime que la transmission à la génération future ce savoir est une chose d’une grande importance. Son défis au sein de la BVMAC est clair: rédynamiser la bourse unifiée en zone CEMAC pour qu’elle devienne un pôle de financement pour les économies dans une région où les tendances sont au rouge. Aussi, depuis sa prise de fonction, de nombreuses entreprises ont fait leur entrée à la bourse pour une capitalisation boursière même si jusqu’ici on n’est pas encore au bout des objectifs de 1200 milliards de capitalisation boursière. Dans l’ordre normal des choses, il a mis un point d’honneur à créer de meilleures conditions pour les PME avec un compartiment à elles dédiées, même si pour le moment ce pan de la capitalisation n’est pas encore véritablement une réalité dans le secteur. Toutefois, et cela est un secret de polichinelle, de réelles mutations sont visibles au sein de la BVMAC depuis son arrivée et nul doute qu’il continuera à mettre de nombreuses réformes sur pied car son professionnalisme et sa connaissance du milieu lui en donne les moyens d’atteindre le point focal.

Related posts

Partenariat public-privé : Le port autonome de Douala et EJN Negri en accord parfait

Editorial

Halcomi III: La zone 1 en action

Editorial

Douanes Camerounaises : le secteur de l’Est au cœur des performances

Editorial

Douane camerounaise : Offensive heureuse pour décongestionner le parc automobile

Editorial

Commémoration de la journée internationale de lutte contre la corruption : La Conac organise un séminaire de formation

Editorial

Solidarité agissante: NGALLE BIBEHE toujours ouvert à la jeunesse

Editorial