14.6 C
New York
octobre 6, 2022
Actualités

Trafic de drogue : Yaounde doit pas être une passoire

Démonstration vient une fois de plus d’être faite par les éléments de la Brigade Touristique de l’Escale de l’Aéroport International de Yaoundé-Nsimalen placés sous la conduite de Marthe Nseke Maboa, chef secteur des Douanes du Centre.

7,940 kilogrammes de boulettes de cocaïne. La précision est bien faite. C’est cette belle prise qu’ont effectuées les éléments de la Brigade Touristique de l’Escale de l’Aéroport International de Yaoundé-Nsimalen. Elle était selon les informations recueillies à la bonne source, portée par un ressortissant nigérian arrivé par le vol ET913 d’Ethiopian Airlines en provenance d’Addis-Abeba en Ethiopie. Pour en arriver là, s’il a suffi de l’exploitation judicieuse d’une information par la Cellule Aéroportuaire Anti-Trafics(Caat) de Yaoundé-Nsimalen pour parvenir à ce résultat, il y a surtout à reconnaitre la volonté pour les éléments de cette brigade à agir avec intégrité quand on connait la convoitise à laquelle ils peuvent être soumis. C’est ainsi qu’a été interpellé le principal suspect, pendant que la Brigade Touristique de l’Escale de l’Aéroport International de Yaoundé-Nsimalen mettait le grappin sur sa complice et le colis illicite. Du « colis » qui a aussitôt été testé au Mmc International BV Héroïne Test par l’expertise de la Caat, il est ressorti qu’il s’agissait de la cocaïne.

Selon toute vraisemblance, ce trafiquant aurait bénéficié de la complicité d’un agent en service dans cet aéroport. En témoigne un communiqué rendu public le même jour par la société des Aéroports du Cameroun (ADC). « Le directeur général porte à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale qu’un incident impliquant l’un de nos collaborateurs est survenu ce jour, 7 juin 2022, à l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen. Les forces de l’ordre assurant la sécurité de l’aérogare se sont immédiatement saisies de l’affaire, dont nous attendons encore les conclusions », a-t-on pu lire sans plus.

Si dans un certain contexte, on a tendance à considérer l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen comme plaque tournante du trafic de la Cocaïne en raison de ce qu’il y a de cela six mois, une autre saisie de cocaïne d’envergure avait été effectuée dans cette plateforme aéroportuaire où un passager de sexe féminin, embarqué par la même compagnie aérienne depuis le Nigeria avait été interpellé en possession de 4,5 kg de « poudre blanche », il y a aussi à reconnaitre que le secteur des douanes du Centre conduit par Marthe Nseke Maboa, ne se laisse pas surprendre par ces trafiquants qui multiplient des artifices pour tromper la vigilance des éléments de la Brigade Touristique de l’Escale de l’Aéroport International de Yaoundé-Nsimalen. On peut également faire cas de cette interpellation en 2019, de la Caat d’un autre passager nigérian en provenance de Lagos via Addis-Abeba toujours avec la compagnie aérienne éthiopienne et qui avait embarqué dans le vol transportant l’équipe nationale du Cameroun de football (U17), vainqueur de la Coupe d’Afrique des nations organisée en Tanzanie, avec 10 kg de cocaïne.

Pour le cas d’espèce, et à titre de rappel, l’infraction étant réprimée comme contrebande de produits prohibés à titre absolu, conformément aux dispositions de la Loi N°97/19 du 07 août 1997 et les dispositions de l’article 63 section 4 du Code des Douanes Cemac, il y a lieu d’apprécier à sa juste valeur cette action citoyenne menée par les éléments de la Brigade Touristique de l’Escale de l’Aéroport International de Yaoundé-Nsimalen dépendant du secteur des douanes du Centre. Laquelle est le triomphe d’une parfaite collaboration entre la Douane et la Cellule Aéroportuaire Anti-Trafics(Caat).

Grâce Engome

 

 

 

 

 

Related posts

Continuation des travaux de construction de l’Autoroute Yaoundé-Nsimalen

Editorial

BIWONG BANE : Un modèle de management communal

Editorial

Détergent OLA : la propreté a un nom

Editorial

Halcomi III: La zone 1 en action

Editorial

Rentrée scolaire 2021-2022 : La bouffée d’oxygène qui vient de La Fondation Table Ouverte

Editorial

Surveillance douanière : Le Sud-ouest toujours en éveil

Editorial